Baisse imminente des prix des produits agricoles

 

 

 

 

 

 

 

 

Invité sur le panel de la conférence internationale sur le système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire organisé par la CEDEAO, le Colonel Agadazi a d’emblée signifié que les échanges permettront de mieux appréhender les nouveaux enjeux de la sécurité alimentaire, pour mieux identifier les défis et perspectives à entrevoir.

Selon lui, l’intervention des stocks de sécurité vise deux (02) objectifs majeurs. Il s’agit premièrement de satisfaire les besoins des populations et d’assurer les meilleurs revenus aux petits producteurs.

 

 

 

“Quand on prend les stocks de sécurité vu sous l’angle des deux grandes préoccupations, on peut dire que c’est des actions de tailles au niveau de chaque Etat, au niveau de la vie des populations”, renseigne le Colonel Agadazi.

En ce qui concerne les revenus des petits producteurs, le gouvernement togolais à travers l’ANSAT a mis en place un mécanisme de soutien des prix à la production.

Ce mécanisme permet à l’ANSAT à travers les subventions de l’Etat d’aller vers les producteurs, qu’ils soient au sein des organisations paysannes, des coopératives ou évoluant seul.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’objectif c’est d’arriver à prédire d’abord le niveau de production agricole et de jauger les quantités de récoltes qui seront mises à la disposition des consommateurs et d’entrevoir aussi les exportations.

La mission de l’ANSAT, au-delà de constituer des stocks, est de mettre en place un mécanisme d’analyse des prix qui prend en compte quatre grands marchés de références à savoir les marchés de consommation et tous les marchés ruraux.

 

 

 

 

 

“Ce mécanisme permet de faire les statistiques en matière de données de production agricole pour voir quelles sont les quantités qui sont nécessaire pour entretenir toute vie à l’intérieure du pays et les excédents que le Togo a pu dégager et qui feront l’objet d’exportations afin d’améliorer le niveau de vie des paysans et les activités du secteur privé”, explique le patron de l’ANSAT.

“Nous avons réussi sur une dizaine d’années à stabiliser les prix de façon concertée avec les autres acteurs dont les commerçants, les femmes commerçantes de céréales sur toute l’étendue du territoire, l’association des consommateurs et surtout la filière avicole qui exerce une forte pression sur les marchés. Nous avons réussi à améliorer la vie des paysans sur la base des prix qu’on leur propose”, précise l’ancien ministre togolais de l’agriculture.

 

 

 

 

L’ANSAT organise des rencontres avec tous ces acteurs des chaînes de valeurs de la production agricole afin de fixer la fourchette des prix qui respecte les comptes d’exploitations des paysans.

C’est ce qui permet de définir le prix planché des produits permettant aux producteurs de faire des bénéfices et de vite s’acquérir des intrants pour démarrer une nouvelle campagne.

L’intervention des stocks de sécurité nationale joue un rôle capital sur les marchés nationaux et internationaux. L’ANSAT a basé sa stratégie sur la concertation avec les acteurs afin de stabiliser le marché. 

La conférence internationale sur le système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire a débuté le 28 avril et ce jusqu’au 10 mai sur le thème : système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire : vers un partenariat multilatéral.

Les échanges se poursuivent ce mardi avec la session du jour sur le thème : Quels rôles pour les stocks dans le renforcement de la résilience et la protection sociale des ménages ?

 

 

 

 

Ne perdez plus votre temps à chercher l'information sur plusieurs sites d'actualités. Nous faisons désormais ce travail pour vous !

Newsletter

Défiler vers le haut