La Police nationale a mis la main sur 09 suspects braqueurs

 

Le grand Lomé a connu une série de braquages ces derniers mois. Les victimes de ces braqueurs sont généralement des clients de banques, ayant fait des retraits de somme importante d’argent. On se rappel du braquage perpétré le 12 novembre 2020 à hauteur de la microfinance CECA au quartier Nukafu, où les malfrats ont emporté la somme de 2 000 000 de CFA et de celui du 21 novembre 2020 au quartier Djidjolé, où la somme de 4 200 000 a été emportée.

 

La Brigade de Recherche et d’Investigations de la Direction Générale de la Police Nationale, après avoir ouvert une enquête, a mis la main sur une partie des braqueurs.

Publicités

09 suspects ont été interpellés et ont été présentés ce mardi 1 décembre à la presse.

 

« Le mode opératoire de ces groupes de malfrats qui s’organisent généralement en deux binômes au guidon et en groupe de motos, consiste à introduire un complice à l’intérieur d’une banque pour surveiller les clients venus faire des retraits de somme importante, pendant que trois autres attendent sur les motos, pas très loin de la banque. Lorsque le complice à l’interieur de la banque identifie une victime cible, il appelle ceux qui sont à l’intérieur pour la leur décrire.

 

 

 

 

Un premier binôme à moto, prend la victime décrite en filature. Quand celui qui se trouve dans la banque rejoint son binôme sur la moto, ils suivent eux-aussi, les premiers. Ces malfrats, arrivés à un endroit qu’ils estiment propice pour leur forfait, y braquent leur victime, la dépossédent de son argent, et n’hésitent pas à ouvrir le feu sur elle en cas de résistance, ou même sur quiconque tente de lui porter assistance. Après leur forfait, ils replient vers la zone de Baguida, Avepozo, Kpogan ou Agbavi. Le fruit de leur crime est ensuite partagé entre eux, et transféré sur des comptes au Nigéria, via les services de transfert d’argent à Aflao » a décri Mensavi Papa, Commandant de la Brigade de Recherche et d’Investigation de la Police Nationale.

 

Après interrogation, il ressort que ces individus sont membres de trois groupes différents d’un réseau basé au Nigéria, et qui opèrent à Lagos, à Lomé et à Abidjan. Un groupe arrive du Nigéria, et qui opèrent à Lagos, à Lomé et à Abidjan. Un groupe arrive du Nigéria, passe une semaine dans les environs de Lomé, organise un ou deux braquages et quitte le pays laissant la place à un nouveau groupe.

 

L’exploitation des informations relatives, d’une part, aux butins et, d’autres part, aux indices laissés par les braqueurs sur les lieux de crimes, ont permis, de retrouver leurs traces à l’hôtel des arts sis à Kpogan dans la préfecture des lacs. Les perquisitions ont permis de découvrir, un pistolet automatique avec son chargeur et douze munitions de 9mn, ainsi que trois motos utilisées par ces braqueurs pour opérer. La fouille minutieuse des motos saisies ont été ramenés dans les locaux de la Direction Générale de la Police Nationale.

 

 

linterview