L’homos€xualité est désormais passible de peine de prison au Togo

Publicités

 

 

L’homosexualité peut être légalisée dans n’importe quel pays dans le monde, mais sûrement pas au pays de Son Excellence M Faure Gnassingbé. Cette préférence sexuelle est punie par la constitution togolaise, d’une peine de 3 ans d’emprisonnement et d’une forte amende.

 

 

Le gouvernement Togolais dit  »Non » à l’homosexualité

C’est une mauvaise nouvelle pour les personnes ayant de l’attirance envers d’autres personnes de même sexe. Le gouvernement Togolais est dans la logique de la citation qui stipule que  »deux corps de même nature se repoussent ».

 

Nous avons été informés de cette décision par M Christian Trimua, le ministre chargé des Droits de l’homme. Le ministre a affirmé que le droit togolais ne permet pas à deux personnes de même sexe, de se mettre en couple.

 

 

<<L’homosexualité n’est pas un droit de l’homme ; ce qui est le droit de l’homme, c’est le droit à la vie sexuelle>> a-t-il affirmé.

Étant donné qu’il est parfois impossible de contrôler les sentiments, des mesures ont été prises pour dissuader les personnes qui voudront aller à l’encontre de cette loi. Premièrement, les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres ne sont pas reconnues par l’État Togolais.

 

 

Deuxièmement, l’homosexualité est désormais considérée comme un acte illégal, punissable par une peine de 3 ans de prison et d’une forte amende. Tout citoyen est libre de vivre sa sexualité comme il l’entend, mais dans le cadre de la constitution.

<<Le code des personnes et de la famille définit le mariage comme l’union d’un homme à une femme. Ensuite, le code pénal incrimine tous les actes contre-nature entre les gens de même sexe>> a renchéri le ministre.

 

 

 

Cette décision a été bien accueillie par la population togolaise (sauf les homosexuels). L’homosexualité est une pratique contre laquelle la majorité des pays africains luttent. C’est un acte qui va à l’encontre de nos valeurs. Félicitations au gouvernement togolais pour cette décision.

 

 

GnadoèMagazine