L’intégralité de la tribune de Faure publiée dans Financial Times

Si le Sénégalais Macky Sall a choisi Jeune Afrique pour publier sa tribune sur le Coronavirus, le président togolais Faure Gnassingbé a préféré le quotidien économique  britannique Financial Times pour rendre public  son point de vue sur comment les pays africains peuvent faire face à la crise actuelle en fonction de la structuration particulière de leur secteur économique.

Publicités

 

Lomegazette  vous propose l’intégralité de la tribune de Faure Gnassingbé traduit en Français :  

Quelle que soit l’efficacité de l’approche du monde développé face à la pandémie de Covid-19 en termes de protection de la santé publique, elle ne fonctionnera tout simplement pas en Afrique sans protection sociale.

 

Avec tant de ménages vulnérables à faibles revenus et de travailleurs informels, obliger les gens à rester chez eux ne fera que créer une certaine pauvreté. Cependant, mon gouvernement essaie de faire un effort supplémentaire pour s’assurer que cela ne se produise pas.

L’Afrique n’est pas étrangère aux épidémies de maladies mortelles, telles que le virus Ebola ou Zika. Malgré cela, la nature insaisissable du coronavirus sape toute revendication de progrès dans l’amélioration de nos systèmes de santé. Il est vrai que les investissements visant à accroître les capacités et l’accès ont été lents et qu’il faut faire davantage.

Si le nombre de cas graves de Covid-19 augmente comme cela a été le cas ailleurs, nos systèmes de prestation de soins de santé seront débordés. Il en va de même pour les morgues et les cimetières surpeuplés de nombreux pays. Nous ne pouvons donc pas nous reposer sur nos lauriers.

Les pays africains prennent déjà des mesures urgentes et nécessaires pour arrêter la propagation de l’infection. Nous devons maintenant imposer l’éloignement physique, intensifier la réponse de santé publique et renforcer les restrictions de voyage dans nos pays.

 

Mais en même temps, nous devons rapidement mettre en place des programmes sociaux pour protéger des millions de nos citoyens. Près de 85 % des travailleurs africains – qu’il s’agisse de petits agriculteurs, de vendeurs de nourriture dans la rue, de ramasseurs de déchets, de transporteurs ou de marchands nomades – travaillent dans le secteur informel. Nombre d’entre eux survivent au jour le jour.

En limitant leurs déplacements, ils ne pourront pas mettre de la nourriture sur la table de leur famille. Le moyen le plus efficace de leur venir en aide est le transfert d’argent liquide.

C’est pourquoi, dans le cadre de la réponse de mon gouvernement à la lutte contre le Covid-19 au Togo, nous mettons en place un système de filet de sécurité sociale appelé “Novissi”. Il s’agit d’un système de transfert d’argent liquide inconditionnel destiné à soutenir tous les travailleurs informels togolais dont les revenus sont perturbés par la réponse au Covid-19.

Depuis la semaine dernière, les citoyens ont commencé à s’inscrire en utilisant leur téléphone portable. Les travailleurs informels âgés de 18 ans ou plus dont les revenus ont été affectés par la crise et qui peuvent prouver leur identité avec une carte de vote valide recevront une subvention de l’État d’au moins 30 % du salaire minimum.

L’objectif est d’aider les bénéficiaires à payer les produits de première nécessité tels que la nourriture, les installations sanitaires et les communications – nous avons déjà supprimé les frais d’eau et d’électricité pour les plus vulnérables. Cela contribuera à les protéger contre les conséquences économiques de l’application des mesures mises en place pour aplatir la courbe de la pandémie.

 

Les femmes recevront la rémunération la plus élevée possible, car elles sont plus directement impliquées dans les soins à apporter à l’ensemble du ménage. Les paiements seront également effectués directement sur le compte d’argent mobile des bénéficiaires. Cette mesure est rapide, réduit le risque de fraude et élimine le contact avec l’argent liquide, dont beaucoup craignent qu’il ne contribue à la propagation du virus.

Les gens ne devraient pas avoir à choisir entre la mort par Covid-19 ou par la faim. D’autres dirigeants africains pourraient donc utiliser des systèmes similaires de transfert d’argent liquide par téléphone portable. L’inscription est rapide. Les fonds peuvent être transférés rapidement. Le système est transparent et facile à contrôler.

Néanmoins, pour de nombreux pays africains, dont le Togo, cette initiative sera une entreprise sans précédent. Les effets en cascade de la pandémie sur le commerce mondial, combinés à la pression fiscale de l’effort de réponse, signifient que nous ne pouvons pas y parvenir seuls.

Aujourd’hui plus que jamais, le soutien des donateurs internationaux, des partenaires de développement, des philanthropes, des amis de l’Afrique et, surtout, des diasporas nationales peut faire la différence.

 

L’objectif est de nous empêcher de perdre tous les acquis en matière de réduction de la pauvreté et de réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies. À cette fin, au Togo, nous avons créé un Fonds de solidarité nationale et de relance économique pour nous aider à mobiliser l’argent dont nous avons besoin pour réussir.

En tant que dirigeants africains, nous devons faire face à cette pandémie et nous le ferons. Toutefois, la victoire dans la lutte contre le Covid-19 sera finalement jugée non seulement sur notre capacité à sauver des vies, mais aussi sur notre capacité à empêcher des millions de personnes de retomber dans la pauvreté abjecte.

Plus qu’une question de santé, c’est aussi une question de sécurité, étant donné les risques liés au terrorisme en Afrique de l’Ouest. C’est le combat d’une vie, et je suis convaincu que nous pouvons le gagner si nous le menons ensemble.

 

Faure Gnassingbé