Secret de Palais : Faure Gnassingbé déçu par ses frères du Nord?

 

 

 

Le gouvernement togolais a fait peau neuve depuis le 1er octobre dernier, avec la nomination par Faure Gnassingbé d’un nouveau Premier ministre, qui plus est femme, en la personne de Victoire Tomégah-Dogbé.

Quelques heures seulement après sa nomination, la nouvelle équipe gouvernementale a été formée avec à la clé une trentaine de portefeuilles ministériels. Une chose est sûre : après les nouvelles nominations, le constat fait est qu’il y a du nouveau dans l’entourage direct du chef de l’Etat.

 

 

C’est dire qu’il y a eu plus d’entrée de personnes venues du Sud qu’il n’y en a eu de Nord. Loin de nous l’intention d’accuser le chef de l’Etat d’ethnocentrisme (cette tendance qui consiste à privilégier le groupe ethnique auquel on appartient et à en faire le seul modèle de référence), il ne saurait ici en être d’ailleurs question, mais l’entourage que s’est choisi le fils de Gnassingbé Eyadema cache imparfaitement sa velléité de faire plus confiance à certaines personnes qu’à d’autres.

 

La valse des « Sudistes » ?

La nomination de la Premier ministre Victoire TomégahDogbé ne saurait être anodine. D’aucuns ne s’empêchent pas de qualifier de stratégique cette nomination, de par non seulement sa nature de femme, mais encore de sa promiscuité avec la présidence depuis 2009.

 

On n’oublie pas qu’elle a été nommée en cette année directrice de cabinet du président de la République, poste qu’elle a cumulé avec celui du ministre du Développement à la base, de l’Artisanat, de l’Emploi des jeunes et de la Jeunesse jusqu’à sa nomination à la tête de la primature. Mais c’est son côté sudiste qui transparaît dans cette ascension politique. Victoire Sidémèho Tomégah est originaire de Badougbé au bord du lac Togo dans la préfecture de Vo, (zone d’exploitation du phosphate). Ce paramètre n’a pas échappé à plus d’un observateur de la vie sociopolitique togolaise qui font de la nomination de Victoire Dogbé une envie du chef de l’Etat de nouer plus de contact avec un nouveau monde.

 

 

L’autre nomination, non anodine, est celle de Sandra Ablamba Johnson en tant que ministre, Secrétaire général de la Présidence. Elle était jusqu’alors ministre Déléguée, Conseillère du Président de la République en charge de l’Amélioration du Climat des Affaires. Comme la Premier ministre, elle est sudiste. Comme l’est tout aussi le nouveau Directeur de l’Information et de la Communication de la Présidence de la République, Kouessan Yovodevi, Ancien Directeur de la Télévision Togolaise (TVT) et journaliste.

Komlan Adjitowou, Chef d’état-major particulier du Président de la République

 

 

A l’instar de la présidence, la sphère des Forces armées a également vu la nomina tion de nouvelles têtes. Le Général de Brigade, Komlan Adjitowou est désormais Chef d’état-major particulier du Président de la République. Ce choix est en tout cas perçu comme un pied de nez fait au Chef d’étatmajor général des Forces Armées Togolaises et Général de brigade Félix Abalo Kadhanga. Faure Gnassingbé serait-il en train de prendre ses distances avec ce dernier. On a beau dire, ces nominations sont loin d’être de simples coïncidences, quand on sait l’attachement qu’a toujours eu le clan Gnassingbé à élargir autour de lui un cercle essentiellement nordiste. Mais la donne a comme changé. Et nous pousse à nous demander si le locataire de Lomé 2 deviendrait de plus en plus méfiant envers ses frè- res du Nord.

 

 

Kokouvi

Source : le Perroquet n° 458

Ne perdez plus votre temps à chercher l'information sur plusieurs sites d'actualités. Nous faisons désormais ce travail pour vous !

Newsletter

Défiler vers le haut