Bénin : un marabout des réseaux sociaux écope de 5 ans de prison

 

 

La chasse aux vendeurs d’illusion bat son plein au Bénin. La police républicaine a déjà mis la main sur 4 personnes qui seraient auteurs des offres de maraboutage. Une cinquième personne s’ajoute au lot. Elle a été condamnée à cinq (5) ans de prison ferme par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

 

 

Cela fait plus d’une semaine que la police républicaine a fait l’annonce portant sur la lutte contre les auteurs de publications liées aux offres de portefeuille magique. Et les premiers résultats de cette opération sont plutôt satisfaisants au vu des dernières interpellations. La semaine dernière, les agents de la police ont mis la main sur 4 personnes qui proposaient des portefeuilles magiques sur les réseaux sociaux.

Publicités

 

 

Lire aussi : Top 10 des startups digitales à forte valeur ajoutée au Togo

À cette nouvelle qui faisait la joie des internautes de la sous-région, s’ajoute une nouvelle interpellation. Le nouveau inculpé a écopé d’une peine de prison de 5 ans. Il a été condamné par la CRIET. Là encore, les internautes sont ravis et ont salué les autorités béninoises pour leurs efforts pour mettre fin à ce fléau qui fait des victimes au sein de la jeune population.

Outre le portefeuille magique, les marabouts interviennent dans des domaines tels que « le blanchiment d’argent et le rituel d’attirance clientèle » entre autres. Cette pratique malsaine a fait plusieurs victimes dans la sous-région en l’occurrence au Togo. Les internautes prennent d’ailleurs du plaisir à aider la police républicaine dans cette mission.

 

 

Au cas où un internaute voudrait dénoncer l’un de ses marabouts virtuels, il lui est demandé de « noter le numéro du dit marabout, communiquer ce numéro aux agents de la police républicaine qui se chargeront d’entrer en contact avec le marabout et le dénicher. Soit la police se renseignera auprès des réseaux GSM pour récupérer le nom du propriétaire du numéro et le perquisitionner…».

 

 

Techenafrique