Couvre-feu :  une femme surprend un voleur et le viole durant 2 jours

zaga

C’est une histoire assez hallucinante que nous décidons de vous relater. Le pays est sous couvre-feu en raison de la crise sanitaire due à la pandémie mondiale du coronavirus. Dès 21h00, les populations sont invités à rester chez elles et ce jusqu’à 5h00 du matin. Cette décision n’est pas du goût de certains individus de mauvaise moralité qui profitent de ce moment pour assouvir leurs sales besognes.

 

 

 

C’est dans cet élan que B.L a décidé de visiter sans invitation préalable le domicile de dame T.K pour y commettre un vol. Sans le savoir, une belle et torride nuit l’y attendait.

Publicités

Dame T.K, propriétaire d’un atelier de couture, dormait paisiblement quand elle fut réveillé par des bruits venant de sa cuisine. Elle a ainsi surpris un voleur la main dans le sac.

 

Mais contre toute attente, au lieu de prévenir la police, la jeune femme s’est occupée personnellement de lui donner une leçon.

 

Voler au sein du domicile d’une jeune dame ne présentait pas à priori une difficulté, c’est sûrement ce que s’est dit l’infortuné voleur. Une jeune femme célibataire est une proie facile d’autant plus que la femme n’est pas d’un naturel violent. Aucun danger ne pouvait donc stopper B.L dans l’optique de rendre pratique sa funeste ambition.

 

 

 

Mais notre cambrioleur va se retrouver sans le savoir dans une histoire tarantinesque.

Cette nuit-là, BL, le voleur de 22 ans, a donc été bien mal avisé de tenter de cambrioler le domicile de la jeune couturière dans la commune d’attécoubé. En effet, la tenancière de l’atelier de couture est une jeune femme de 28 ans rompue aux arts martiaux. Elle a donc rapidement terrassé son cambrioleur d’un violent coup de pied.

 

 

L’amazone couturière, ceinture noire de karaté, l’a ensuite traîné dans sa chambre, l’a attaché à l’aide d’un câble de sèche-cheveux et l’a dépouillé de ses vêtements ; elle l’a alors forcé à boire du viagra appelé ATOTÉ afin de le soumettre sexuellement.

 

 

Bien en érection le cambrioleur va subir les premiers et violents coups de rein T.K. Belle et excitante punition pensait sûrement B.L, mais il va vite déchanter lorsqu’il constate amèrement que cette partie de plaisir va se transformer en nuit de torture sado masochiste.

 

 

Insatiable Amazone, elle va ainsi abusé du pauvre cambrioleur, le gavant à chaque moment de viagra jusqu’au petit matin. Le calvaire de B.L ne s’est pas arrêté là, la jeune couturière va ainsi décider de l’enfermer dans sa chambre et aller vaquer à ses occupations sans avoir oublié de lui administrer des somnifères.

 

 

 

 

A son retour à 12h00, le malheureux voleur est réveillé mais encore entourdi par toute la dose de viagra absorbé la première nuit. La jeune couturière, apparemment non satisfaite par cette nuit sexuelle, est revenue du travail avec tout son arsenal sado masochiste pour encore plus torturer son voleur. Les pleurs et pardon de B.L n’y changeront rien, il sera encore sévèrement violé et droguer au viagra.

 

 

Elle a ainsi une fois de plus abusé de lui, cette fois-ci de 14h00 à 6h du matin. C’est à ce moment que la jeune couturière, certainement satisfaite, a décidé d’appeler la police pour qu’elle vienne récupérer le malfrat. C’est donc un voleur tout affaibli incapable de se tenir sur les pieds qui a été récupéré par la police. À la question de savoir pourquoi il était dans ce état, dame T.K Affirme avoir abusé de lui pendant ces 2 jours pour selon ses propres termes, « lui donner une leçon ».

 

Chers abonnés, que pensez vous de la réaction de la jeune couturière ? Le voleur méritait il d’être ainsi abusé ? La police n’aurait elle pas due arrêter dame T.K pour viol ?

 

Cyrille Y.