Et si les militaires togolais étaient plus à craindre que le coronavirus !

Nous avions déjà alerté et interrogé sur les dérives à propos du couvre-feu instauré pour une durée indéterminée au prétexte de la lutte contre le Covid-19.

 

 

Il semblerait, que les craintes de nombreux citoyens togolais soient fondées puisque chaque jour apporte son lot d’exactions et d’atteintes à la dignité humaine, au vu des témoignages de plus en plus nombreux relatés par la presse togolaise indiquant que les soldats, gendarmes et policiers chargés de faire respecter cette disposition restent fidèles aux habitudes récurrentes de répression du régime de Faure Gnassingbé.

Publicités

 

Ils brutalisent sans raison apparente les paisibles citoyens, enfants, jeunes adultes et même des personnes âgées. On peut ainsi voir dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, une grand-mère molestée et blessée à Devinkinmé, à quelques kilomètres à l’est de Lomé.

 

Plusieurs autres cas de violences ont également été signalés, viol d’une fille dans la préfecture des lacs, un jeune qui revenait de son travail à Zanguéra et fut interpellé aux environs d’Avédji-Limousine, est décédé après avoir été roué de coups jusqu’à l’éclatement des testicules. La famille du jeune garçon n’entend pas se taire et demande que justice soit faite.

 

La lutte contre le Covid-19, ne saurait servir de paravent à des violences gratuites sans aucune justification dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

 

Cette réalité vécue par les togolais depuis que l’état d’urgence a été décrété pourrait peut-être conduire l’ambassadeur de France au Togo à aider les victimes et leurs familles à obtenir réparation.

 

Les exactions commises ces derniers jours sous couvert du respect du couvre-feu, pourraient peut-être permettre à l’ambassadeur de réviser ses « certitudes », à travers les propos qu’il avait tenus en 2018, quelques mois après sa prise de fonctions au Togo, devant un parterre de journalistes et d’hommes d’affaires à l’occasion de l’inauguration d’un nouvel entrepôt de l’entreprise française AGS : « Le Togo connait quelques turbulences politiques souvent un peu exagérées par les médias {…}Nous sommes convaincus que cet épisode de turbulences politiques, les togolais sauront le dépasser dans un cadre pacifique, dans le cadre de la démocratie. Nous avons confiance. Si certains doutent nous ne doutons pas. »

 

Un jeune tué, une jeune fille violée et une grand-mère molestée, actes suffisamment graves par nature, permettront-ils à l’ambassadeur de France d’infléchir sa conscience et de réviser ses certitudes, de lever les « doutes » quant à la véritable nature du régime de Faure Gnassingbé et le conduiront-ils à réviser sa confiance à son égard ?

 

Pendant ce temps les médecins cubains soignent et sauvent des vies au Togo !

 

Togo Scoop