Justice : Une nouvelle Brigade pour mineurs inaugurée à Lomé

 

 

Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et l’Union Européenne (UE) au Togo, viennent de mettre à la disposition de l’Etat togolais, une nouvelle Brigade pour mineurs ceci, pour faciliter la réinsertion des enfants en conflit avec la loi.

 

 

L’infrastructure érigée au quartier Agoè-Cacavéli (Lomé) a été inaugurée mardi 22 décembre 2020 par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Puis Agbétomey en présence d’un reporter de l’Agence de presse AfreePress.

Publicités

Les travaux cofinancés par l’UNICEF et l’UE à hauteur de 820 millions de FCFA ont été réalisés dans le cadre du programme d’appui à la Réforme du secteur de la justice. Programme lancé par l’Etat sous le volet d’appui à l’« Amélioration de l’accès à la justice pour les enfants ».

 

La nouvelle Brigade de Cacavéli dispose de dortoirs séparés et destinés aux filles et aux garçons en même temps que les enfants en garde à vue, les prévenus, et les condamnés.

Elle offrira aux enfants, plusieurs services qui sont entre autres : des activités culturelles, des formations professionnelles, le développement des compétences pour la vie, y compris l’éducation sur la prévention des violences, la médiation, l’appui psychosocial et la réinsertion socio-familiale.

 

 

Il est important de respecter le droit des enfants en conflit avec la loi, en leur offrant un meilleur cadre d’insertion, a l’ambassadeur et chef de Délégation de l’Union européenne au Togo, Joaquin Tasso Vilallonga.

« Nous sommes convaincus que lorsque les droits des enfants sont respectés, ces enfants deviendront des hommes et des femmes qui seront plus respectueux aussi des droits d’autrui à l’avenir », a-t-il martelé.

 

 

La nouvelle Brigade permettra au Togo, de se conformer aux normes internationales en matière de justice pour les enfants, a rappelé de son côté, la Représentante-Résidente de l’UNICEF au Togo, Dr Hadja Aissata BA-SIDIBE. Elle est beaucoup plus axée sur une justice restauratrice, « c’est-à-dire un système qui met ensemble les conditions pour favoriser une réhabilitation de l’adolescent auteur de délits dans sa communauté tout en le responsabilisant face à l’acte qu’il a commis », a-t-elle ajouté.

« En raison de l’impact de la détention sur le développement et l’avenir des adolescents, elle doit être un recours exceptionnel, de courte durée et uniquement pour les cas graves », poursuit-elle.

 

 

Le Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Puis Agbétomey n’a pas manqué d’exprimer sa gratitude aux deux partenaires qui appuient le gouvernement pour une justice « professionnelle ».

« Je salue une fois encore, le partenariat qui existe entre l’Union européenne, l’UNICEF et le gouvernement togolais et j’en profite pour leur demander toujours leur disponibilité à nous accompagner. Ce projet est appelé à un avenir radieux ; c’est la raison pour laquelle il faut continuer l’œuvre de consolidation de la justice pour les mineurs au Togo » a-t-il précisé.

 

AfreePress