Kemi Seba mitraille « Faurevi » et sa Reckya adorée

 

L’embastillement de l’égérie miam-miam de Faure Gnassingbé, Reckya Madougou cristallise les débats entre les deux pays frères voisins, le Togo et le Bénin. Les commentaires vont bon train. Occasion faisant le larron, l’activiste franco-béninois, Kemi Seba en a profité pour régler ses comptes avec le jeune doyen de l’Afrique de l’Ouest.

 

C’est connu, Kemi Seba ne porte pas les despotes africains dans son cœur. Même si ses contempteurs affirment qu’il joue à l’âne avec le dictateur russe, Vladmir Poutine, pour avoir du foin.

Publicités

A LIRE AUSSI: Enrichissement sauvage: ces femmes milliardaires autour de Faure

N’empêche, l’activiste qui a une dent contre le jeune dictateur togolais qui malmène ses compatriotes depuis qu’il a capté le pouvoir dans un bain de sang en 2005, a saisi l’occasion de l’affaire Reckya Madougou pour sortir la sulfateuse et les découper en petits morceaux. L’activiste semble vider tout ce qu’il avait emmagasiné depuis longtemps dans son ventre contre « Faurevi » et sa Reckya adorée.

 

 

 

 

« Il est important, avant d’aller plus loin, de préciser notre pensée au sujet de cette politicienne. Madame Madougou est, ou fut jusqu’à peu, la conseillère de Faure Gnassingbé, l’un des plus grands pions de la Françafrique, l’un des pires dictateurs meurtriers de l’Afrique de l’Ouest », a dégainé Semi Keba. Qui s’insurge par ailleurs contre la duplicité de l’égérie de Faure Gnassingbé.

 

 

 

 

Dame Madougou qui a toujours cautionné la tyrannie et les violations massives des droits de l’Homme et des libertés au Togo, se pose en madone, en vertueuse démocrate au Bénin comme si les Togolais, eux, ne méritaient pas la démocratie. Une attitude qui a toujours heurté le bon sens.  « Dame Reckya n’a jamais vu de mal dans le sang versé par le peuple africain du Togo, qui se fait depuis si longtemps persécuter sur demande de son ami, fort face aux faibles, mais Faure le soumis face à la France », s’est emporté l’activiste.

 

 

 

A LIRE AUSSI: Togo: quand les services secrets américains exfiltrent d’urgence un ministre togolais

« Cette Reckya nous rend, dès lors, très mal à l’aise lorsqu’elle se présente en garante de la démocratie une fois de retour au Bénin. De plus, ses multiples visites de courtoisie aux chancelleries occidentales n’augurent, à nos yeux, strictement rien de bon pour notre pays. Et ce constat peut être posé aussi pour Yayi Boni et d’autres cadres du parti Les Démocrates qui semblent être encore trop attachés au fait de plaire à l’Occident », a-t-il embrayé.

Cependant Kemi Seba dénonce avec véhémence le rejet de la candidature de Reckya à la présidentielle ainsi que son arrestation.

 

 

Liberté