L’ANC prend le parti d’Adjamagbo et de Djossou

 

 

Le samedi 28 novembre 2020 dernier, le Procureur de la République auprès du Tribunal de Lomé, Essolizam Poyodi, annonçait dans un communiqué rendu public, les interpellations de deux membres de la DMK (Dynamique Mgr Kpodzro), Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson et de M. Gérard Dodji Yaovi Djossou notamment.

 


Ces arrestations des deux membres de la DMK, suscitent plusieurs réactions des acteurs politiques et organisations de la société civile qui, comme l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), les condamnent.

Publicités

Pour l’ANC, les explications du Procureur se référant à des documents « découverts » lors de perquisitions opérées dans leurs domiciles respectifs, impliquant les deux personnes dans la préparation d’une tentative de déstabilisation du pays manquent de solidité ; « Il y a lieu de relever la légèreté des arguments invoqués par le Procureur Essolizam Poyodi, qui est coutumier du fait. », s’indigne l’alliance.

 

 

 

En effet, « pour les avoir subies, dans l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé, l’ANC connaît bien les méthodes arbitraires du Procureur Essolizam Poyodi. Ses accusations ne sont jamais fondées sur des preuves sérieuses. » ; Par conséquent, elle « dénonce l’usage des mêmes méthodes et exige la libération immédiate de Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, de M. Gérard, Dodji Yaovi Djossou et de toutes les personnes interpellées et détenues dans cette affaire de tentative de déstabilisation du pays. »

 

 

T228