Le Maire Adamou récuse les allégations de production de faux tickets et accable ses Conseillers de malversations financières

 

 

Une semaine après sa destitution au poste de maire de la commune d’Agoè-Nyivé 4 par le conseil communal, Adamou Abdoulaye nie toute implication dans cette affaire de faux tickets, et promet révéler le nom du véritable auteur de la fraude.

 

 

Le conseil municipal avait confié aux médias en début de la semaine dernière avoir « remarqué de graves disfonctionnements qui peuvent dégrader l’atmosphère de travail » par conséquent, « Nous venons de passer au vote et 9 conseillers sur 11 ont voté pour la destitution du Maire ».

Publicités

Interrogé par nos confrères de la radio Pyramide FM, le maire déchu par son conseil municipal parle d’acte illégal et ne reconnait pas être en faute.

 

 

« Nous étions à la salle de délibération, il y avait un ordre du jour. Il fallait présenter le bilan des 3 mois d’activités. J’ai fini de présenter ce bilan et c’est en ce moment que Mr Djamessi, conseiller indépendant, me dit qu’il semblerait qu’il y a des tickets parallèles dans le marché. Je lui ai posé la question de savoir s’il a des preuves », a-t-il informé soutenant qu’au contraire ce sont ceux qui l’accuse qui seraient les vrais auteurs de malversations financières. « Il n’y a pas de faux tickets à mon niveau », clame-t-il.

« Il y a un conseiller qui est dans une commission et dont je tais le nom. Il a créé un réseau lui-même qui vendait des tickets parallèles. Je ne sais pas si c’est de ça qu’il s’agit ou d’autres. Ils ont même bloqué beaucoup de choses soit disant qu’ils vont gérer. C’est quand j’ai voulu voir clair dedans que ça déclencher leur mécontentement ».

 

 

Jusqu’à preuve du contraire, Adamou Abdoulaye continue d’occuper son poste de maire de la commune d’Agoè Nyivé-4. « Moi je vais chaque fois à la mairie. Ce n’est pas comme ça que la destitution doit se faire, mais s’ils veulent le faire, qu’ils respectent la procédure. J’attends que nous nous retrouvions pour déballer le disfonctionnement », a-t-il conclu.-

 

 

Yvette S. /T228