Programme “Novissi” : Les Zémidjan trouvent insuffisants les 20 000 FCFA

Normalement, c’est depuis lundi 11 avril dernier que les conducteurs de taxi-moto, communément appelé les « Zémidjan », devraient cesser leurs activités, conformément aux mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la propagation du covid-19 au Togo.

Publicités

 

Mais il suffit de faire un tour dans la ville de Lomé pour constater le non-respect de cette décision du gouvernement. Ces conducteurs de taxi-moto continuent de fonctionner à plein régime. D’autres surchargent même les passagers (deux passagers plus le conducteur), malgré la menace du Covid-19. C’est à croire qu’ils n’ont cure de la crise sanitaire qui secoue actuellement le pays.

 

A les entendre, les 20 000 FCFA par mois promis par les autorités togolaises pour les accompagner durant cette période d’état d’urgence sanitaire sont insuffisants pour subvenir à leurs besoins mensuels. Et le hic, c’est qu’ils ne répondent pas tous aux critères d’éligibilité du fameux Programme de Revenu Universel de Solidarité « Novissi » mis en place par le gouvernement.

 

« Je suis sorti pour travailler. On nous a promis l’accompagnement de 20 000 FCFA. J’attends l’argent-là que je n’ai pas encore reçu, donc je suis obligé de sortir. On nous a dit de composer le *855# et d’envoyer le numéro de notre carte d’électeur, mais jusqu’à présent, on n’a rien reçu », a confié Eklou, un conducteur de taxi-moto, la trentaine, rencontré jeudi dans les encablures du marché de Bè.

 

Et un autre, également croisé dans la même zone, de renchérir : « Les gens disent qu’ils ont reçu 5 000 FCFA. Mais moi je n’ai même pas eu 25 FCFA. Donc je dois sortir travailler, sinon qu’est-ce que ma famille et moi allons manger ? On n’a pas le choix ».

 

Ce qui fait mal à Fo-djo, toujours un conducteur de taxi-moto, c’est que lui n’a même pas de carte d’électeur pour prétendre être éligible à ce programme dénommé “Novissi”. « Moi je ne peux même pas recevoir cet argent du gouvernement. Ils disent qu’on doit composer le numéro de nos cartes d’électeur, mais je n’ai pas ma carte d’électeur, donc je ne peux pas rester à la maison », a-t-il confié.

 

D’autres conducteurs de taxi-moto rencontrés jeudi dans les rues de la capitale togolaise n’ont pas hésité à saluer ces 20 000 FCFA promis par le gouvernement. Toutefois, ils estiment qu’il faut revoir à hausse ce fonds d’appui de l’Etat.

 

« L’argent-là même qu’on nous propose est insuffisant. On va faire quoi avec les 20 000 FCFA. J’ai deux enfants et une femme, cela fait au total 4 bouches à nourrir. J’ai loué une chambre à 12 000 FCFA. Si j’enlève les 12 000 FCFA dans les 20 000 FCFA, il reste seulement 8 000 FCFA. Si on enlève la facture d’électricité 2 000 FCFA dans les 8 000 FCFA, il va rester 6 000 FCFA. Croyez-vous que 6 000 FCFA suffisent pour nourrir 4 personnes durant un mois ? C’est un peu compliqué, si seulement le gouvernement pouvait augmenter un peu ce fonds de soutien, ça sera encore mieux », a noté Afolabi.

 

 

Didier, lui, va jusqu’à demander au gouvernement une augmentation de 30 000 FCFA, c’est-à-dire qu’il faut qu’on donne 50 000 FCFA par mois aux bénéficiaires. Il estime que ses dépenses mensuelles dépassent largement cette bagatelle.

 

« Moi je vais travailler. 20 000 FCFA, ce n’est rien. Mes dépenses mensuelles dépassent largement cette somme. Si on nous propose 50 000 FCFA par mois, ça me fera plaisir. Sinon, si ces 20 000 FCFA finissent, on va encore regagner la rue », a-t-il déclaré.

 

Rappelons que le Programme de Revenu Universel de Solidarité « Novissi » a été mis en place par le gouvernement pour accompagner ou soutenir tout Togolais ayant perdu son revenu en raison de l’adoption des nouvelles mesures de ripostes contre le Covid-19 au Togo.

 

Avec ce programme, les conducteurs de taxi-moto recevront par mois, 20 000 FCFA. Les autres bénéficiaires de ce programme qui ne sont pas des Zémidjans, eux, recevront par mois, 12 250 FCFA pour les femmes et 10 500 FCFA pour les hommes.

 

icilomé