Sérail : L’erreur de plus de Boukpessi

 

 

 

Dans une note adressée aux maires, le ministre de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi réclame les comptes des dépenses salariales et la liste des employés, mais le ton employé a suscité de vives réactions chez les internautes. Certains l’accusent d’abus d’autorité et un mépris vis-à-vis des élus.

« Le ministre est (simplement) nommé alors que les maires sont élus. Mais quand on lit le ton sur lequel le ministre s’adresse aux maires, on se demande si c’est vraiment cette « démocratie »  que la Constitution de 1992 a voulue instaurer dans notre beau pays », souligne André, acteur de la société civile togolaise.  Marc de son côté  estime que 90% des maires actuels ne pourraient pas se faire élire chef de leur famille dans des conditions normales. Devant cette réalité, se demande-t-il, « comment voulez-vous qu’on leur parle ? »

 

Publicités

 

 

A travers sa note, le ministre en charge des collectivités locales sans civilité administrative exige des maires de lui  faire parvenir au plus tard le vendredi 19 juin 2020, les comptes  des communes respectives notamment l’état des dépenses de salaires du personnel, la liste de ce personnel, ainsi que la situation des payements des salaires pour les mois de janvier à la fin mai 2020. Et de conclure,  » J’attache du prix au strict respect des présentes instructions ».

 

 

 

En avril, le ministre avait dans une correspondance  rejeté les projets de budgets proposés par les mairies en relevant un « manque de rigueur dans le respect du principe de sincérité des prévisions de recettes budgétaires ».

 

« Je vous demande donc en conséquence pour l’exercice 2020, de n’engager prioritairement que les dépenses obligatoires courantes, écrivait-il en insistant sur les salaires et indemnités, les cotisations sociales, l’assurance, le loyer, le carburant et l’entretien »

 

Togoweb