Témoignage : “J’ai été traumatisé après avoir assisté à l’accouchement de ma femme”

Après la pénible naissance de sa fille, Elliott Rae a lutté contre le syndrome de stress post-traumatique, mais n’a reçu aucune aide pendant plus d’un an.

 

 

 

 

 

Il exhorte maintenant les pères à parler de leurs problèmes – et à éviter l’angoisse qu’il a vécue.

Elliott Rae s’est assis dans un métro londonien chaud et bondé et a pleuré sans savoir pourquoi.

“J’ai ressenti un sentiment de tristesse écrasant”, dit-il en se remémorant cette soirée d’été poisseuse, il y a cinq ans.

Rien de particulier ne s’était produit ce jour-là pour provoquer un tel déferlement d’émotions.

Il s’était levé comme d’habitude avec sa fille de neuf mois et avait pris le petit-déjeuner avec sa femme, Soneni.

Puis il s’était rendu à Westminster, où il travaillait au ministère des Transports.

Pour ses amis, sa famille et ses collègues, Elliott semblait aller bien. Il disait : “je suis juste fatigué, je suis un nouveau parent”, et cela suffisait.

Mais en réalité, la vie quotidienne était devenue une lutte, dont la cause profonde était l’arrivée traumatisante de sa fille dans le monde.

Elliott était assailli par des flashbacks de sa naissance et des semaines effrayantes qui ont suivi.

Cela l’empêchait de dormir la nuit et pouvait étouffer les conversations les plus faciles avec ses collègues.

“Je ne me sentais pas du tout moi-même et je n’arrivais pas à rassembler l’énergie nécessaire pour m’intéresser à quoi que ce soit”, dit-il.

Lorsqu’il a fini par obtenir de l’aide, Elliott a été diagnostiqué comme souffrant du syndrome de stress post-traumatique (TSPT) et a publié un livre, Dad, dans lequel il s’ouvre sur son expérience de la paternité, avec 19 autres pères.

Short presentational grey line

L’homme de 38 ans ne s’est jamais vu comme une personne susceptible de développer des problèmes de santé mentale ou d’avoir besoin de conseils. Lorsque Soneni est tombée enceinte en 2015, il était fou de joie.

Son travail a commencé à l’hôpital dans la sérénité et le calme relatifs d’une piscine d’accouchement. Elliott et la mère de Soneni étaient là pour la soutenir, comme prévu.

Mais au bout de quelques heures, la pression artérielle de Soneni a commencé à augmenter et le rythme cardiaque du bébé à baisser, si bien qu’elle a été transférée dans une autre pièce.

“Cette pièce était très différente, plus sombre, avec beaucoup d’équipements médicaux”, raconte Elliott.

À plusieurs reprises, Elliott se souvient que la sage-femme a appuyé sur un bouton rouge et que la pièce s’est remplie de médecins. Ce n’était pas comme ça qu’il avait imaginé que les choses se passeraient.

Il a tenu la main de Soneni et ensemble, ils ont mis en pratique les exercices de respiration qu’ils avaient appris lors de leurs cours d’hypnose.

On lui administre des antibiotiques par voie intraveineuse, car les tests ont révélé une infection à streptocoques du groupe B (SGB) et on espère ainsi éviter que le bébé ne soit infecté pendant la naissance.

La plupart du temps, le SGB n’est pas dangereux pour la mère ou le bébé, mais dans ce cas, il l’était.

Lorsque leur fille est née, après presque 24 heures de travail, elle était grise et ne faisait aucun bruit.

“La sage-femme a posé le bébé sur la poitrine de ma femme, puis il n’y a eu qu’un silence, comme si tout s’était arrêté”, raconte Elliott.

La fille de Elliot

CRÉDIT PHOTO,ELLIOTT RAE

La pièce s’est à nouveau remplie de médecins et Elliott n’a pu que regarder, incrédule, sa fille être réanimée d’un côté de la pièce et sa femme perdre une quantité inquiétante de sang de l’autre.

“J’avais l’impression de regarder un film et que ce moment appartenait à quelqu’un d’autre”, dit-il. Tous les bruits se confondaient, comme si Elliott était sous l’eau et entendait une agitation au-dessus de la surface.

“Pendant l’accouchement, j’avais un rôle à jouer, mais là, j’ai ressenti de l’impuissance et un choc. Je devais prendre du recul et m’en remettre à ces personnes que je ne connaissais pas pour sauver ma famille.”

En quelques minutes, Elliott titube dans un mince couloir en direction de l’unité de soins intensifs néonatals (Nicu), sa petite fille étant transportée dans une couveuse juste devant. Il avait embrassé Soneni et promis de revenir bientôt.

“J’étais tellement inquiet pour elles deux, mais ma fille avait cinq minutes, je devais aller avec elle”, dit-il. “Pour la première fois de ma vie d’adulte, je me suis senti comme un enfant qui ne savait pas quoi faire”.

Instinctivement, il a attrapé son téléphone pour appeler sa maman, mais il n’y avait pas de réception.

LIRE AUSSI

“Quand nous sommes arrivés au Nicu, une dame m’a regardé et a vu que j’étais dans un sale état. Elle m’a dit que je devais me ressaisir et être là pour ma famille”.

Il lui est reconnaissant de ses paroles, car elles ont eu l’effet escompté. Dans les jours qui ont suivi, il a adopté une efficacité professionnelle, défendant sa femme dans le service et se concentrant sur ce que le personnel du Nicu disait lors des briefings quotidiens concernant sa fille.

Il ne pleure pas et ne s’effondre pas – “ce n’était pas le moment”. Mais le retour à la maison le premier soir, sans bébé dans les bras ni femme à ses côtés, a été extrêmement difficile.

Plus tôt, il avait emmené sa femme dans le Nicu et ils avaient eu le droit de bercer leur fille quelques instants avant de la remettre dans la couveuse. Elle avait levé les yeux vers eux et tendu les mains. Le fait de la laisser derrière eux, entourée de fils, leur a brisé le cœur.

Au bout de quelques jours, la famille de trois personnes a pu rester ensemble dans une seule pièce et le bébé s’est lentement remis de l’infection au SGB.

Au bout de quinze jours, il était question qu’ils puissent rentrer chez eux. Elliott et Soneni ont enfin eu l’impression de pouvoir reprendre leur souffle. Tout va s’arranger.

Elliott avec sa petite fille

CRÉDIT PHOTO,ELLIOTT RAE

Puis, sans crier gare, leur fille a développé une bosse à l’arrière de la tête, qui semblait s’agrandir. Les médecins sont inquiets et veulent faire une IRM pour écarter la possibilité de caillots sanguins ou d’une tumeur au cerveau.

Une fois de plus, Elliott a l’impression de ne pas avoir le contrôle.

“Je sentais l’énergie s’échapper de mon corps, je n’avais plus rien à donner”, dit-il. “Nous avons tous les deux touché le fond, nous étions les plus vulnérables.”

La nuit précédant l’échographie, ils sont restés debout et ont dit des prières sur leur petite fille avec l’une des sages-femmes.

“Je me souviens m’être demandé d’où venaient toutes ces larmes, car j’ai pleuré toute la nuit”, raconte Elliott.

Le lendemain, il a emmené sa fille dans la salle de scintigraphie et a placé son petit corps dans l’énorme machine pour adultes.

Puis ils ont dû attendre les résultats.

Une infirmière a franchi la porte, arborant un grand sourire et serrant les parents inquiets dans ses bras. La bosse n’a rien d’inquiétant, ils peuvent rentrer chez eux.

Mais l’expérience des montagnes russes a marqué les deux parents. Ils quittent l’hôpital exaltés et profondément reconnaissants d’avoir leur fille, mais extrêmement inquiets à son sujet.

“Les premiers mois, nous nous sommes rendus aux urgences presque toutes les semaines, au moindre reniflement”, raconte Elliott.

“Nous avons à peine quitté la maison au cours des trois premiers mois, et quand nous le faisions, c’était comme une opération militaire”.

La majeure partie du congé de paternité d’Elliott a été engloutie dans l’hôpital, si bien qu’ils sont à peine rentrés à la maison qu’il a dû reprendre son travail à plein temps.

Ses collègues lui ont souhaité la bienvenue. “Oh, tu viens d’avoir un bébé, n’est-ce pas !”

“En discutant au moment du thé, ça n’a jamais été le bon moment pour expliquer ce qu’on avait vécu.”

Elliott avec sa petite fille sur la plage.

CRÉDIT PHOTO,ELLIOTT RAE

La thérapie n’était pas quelque chose à laquelle Elliott pensait, et ce n’était pas non plus quelque chose que quelqu’un lui proposait.

Soneni, quant à elle, a reconnu qu’elle avait besoin d’aide et a reçu un diagnostic d’anxiété postnatale quelques mois après l’accouchement.

“Je m’inquiétais constamment et j’imaginais les pires scénarios”, raconte-t-elle.

Mais presque aussitôt qu’Elliott et Soneni ont senti qu’ils étaient sur la bonne voie, leur fille a fait une grave réaction allergique au blé et a dû être hospitalisée d’urgence.

“Soneni a très bien géré la situation, mais cela m’a ramené à l’accouchement et à ce sentiment d’impuissance et de perte de contrôle”, raconte Elliott.

C’est à ce moment-là qu’il a commencé à montrer des signes de TSPT : insomnie, anxiété et flashbacks qui pouvaient survenir de jour comme de nuit.

“Il m’a parlé d’expériences extracorporelles – c’est là que j’ai commencé à m’inquiéter”, dit Soneni.

Elle est émue aux larmes en pensant à la pression qu’il ressentait.

Elliott a reconnu qu’il avait besoin d’aide en 2017 après qu’un journaliste l’a interrogé sur la naissance de sa fille et qu’il se soit retrouvé en difficulté pour en parler sans s’énerver. Le journaliste lui a gentiment suggéré de parler à quelqu’un et l’a mis en contact avec un médecin spécialisé dans les traumatismes et la dépression postnatale.

“Je pensais que le TSPT était une maladie que seuls les soldats attrapaient après avoir fait la guerre, mais je sais maintenant qu’il peut être déclenché par toute personne ayant vécu un événement traumatisant qui a changé sa vie ou qui l’a mise en danger”, explique M. Elliott.

Bethany, Andy et Arthur

CRÉDIT PHOTO,BETHANY RASHLEY

En janvier 2016, Elliott a créé une plateforme de parentage et de style de vie pour les papas, appelée Music Football Fatherhood (MFF). C’était un exutoire pour parler du fait d’être un nouveau parent, bien qu’il n’ait pas parlé de la naissance traumatique jusqu’à récemment.

D’autres pères ont commencé à le contacter et à s’ouvrir, ce qui lui a donné l’idée de son livre, Dad.

“Je pense que la plupart des nouveaux pères ont des difficultés à un moment donné, et c’est normal. Le MFF m’a fait prendre conscience de cela”, dit-il.

“Il y a des histoires ici et nous n’en parlons pas en public. La plupart des nouveaux futurs pères ne savent pas la moitié de ce que c’est que d’être père, parce que nous n’en parlons pas.”

Elliott aimerait que son livre suscite de nouvelles conversations. On y trouve des récits d’hommes qui ont été intimidés en tant que nouveau papa, qui ont élevé des enfants en tant que veuf ou qui ont été le père d’un enfant décédé.

“En tant qu’hommes et en tant que pères, être vulnérables et parler de notre santé mentale et de nos luttes est une chose très nouvelle à faire. Ce n’est pas encore tout à fait acceptable”, dit M. Elliott.

Elliott allongé sur l'herbe avec sa fille assise sur son ventre

CRÉDIT PHOTO,ELLIOTT RAE

Il pense que les nouveaux papas pourraient être mieux soutenus de bien des manières.

Pour se préparer à devenir père, Elliott lisait des fils de discussion sur Mumsnet à propos de choses pratiques comme le budget mais cela s’arrêtait là.

“Je n’ai pas vraiment réfléchi au type de père que je voulais être et je n’ai pas parlé aux autres hommes de ma vie, cela ne m’a jamais effleuré “, dit-il.

Mais aujourd’hui, grâce au MFF, il a commencé à travailler avec les services de grossesse et de maternité du NHS pour mettre en place des programmes qui encouragent les futurs pères à réfléchir à ce que signifie être père, à la manière dont leur identité va changer et à ce que cela pourrait signifier pour leur relation.

La fille de Elliot

CRÉDIT PHOTO,ELLIOTT RAE

Les nouveaux papas et la santé mentale

– Un homme sur dix présente des symptômes d’anxiété et de dépression au cours des six premiers mois suivant la naissance d’un bébé.

– Un sur cinq connaîtra un problème de santé mentale pendant la grossesse et la première année après la naissance.

– Parmi les pères dont la partenaire est dépressive, 24 % à 50 % souffrent eux-mêmes de dépression.

– Le suicide est la principale cause de décès chez les hommes de moins de 50 ans au Royaume-Uni. Des études ont montré que les pères souffrant de problèmes de santé mentale pendant la période périnatale sont jusqu’à 47 fois plus susceptibles d’être considérés comme présentant un risque de suicide qu’à tout autre moment de leur vie.

Elliott Rae

Il pense que tous les nouveaux papas devraient se voir proposer une conversation sur leur santé mentale, en particulier s’ils font partie d’une catégorie à haut risque : s’ils ont des antécédents de problèmes de santé mentale, s’ils ont été témoins d’une naissance traumatisante, ou si la mère de leur enfant souffre de dépression postnatale ou d’autres problèmes de santé mentale.

Il pense également que les employeurs pourraient en faire plus, en reconnaissant que les pères ont vécu une expérience qui a changé leur vie, en leur offrant un congé parental égal et la possibilité de travailler de manière flexible. Cela pourrait également aider les mères à continuer à travailler, dit-il.

M. Elliott est encouragé par l’engagement pris par le NHS de proposer aux partenaires des femmes enceintes et des jeunes mères qui souffrent eux-mêmes de troubles mentaux des évaluations et un soutien professionnel si nécessaire.

Cette mesure aidera les personnes qui étaient dans sa situation à ne pas passer entre les mailles du filet et à ne pas se débattre inutilement, dit-il.

“Rétrospectivement, il y a eu tellement de conversations qui auraient pu avoir lieu, tellement de points d’intervention.

“Je me sens chanceux que mon expérience n’ait pas été aussi grave qu’elle aurait pu l’être.”

Elliott Rae et sa fille
 
Légende image,

Elliott Rae et sa fille

 

La fille d’Elliott et Soneni est maintenant une enfant de cinq ans, heureuse et réfléchie, qui aime les chiens et compose des chansons pendant qu’elle est dans son bain.

Elle a hérité de l’amour de ses parents pour la musique et la danse et a commencé à écrire ses propres “livres” depuis que son père a commencé à écrire les siens.

 

 

Avec BBC