Un soutien d’Agbéyomé demande à se rassembler autour de Faure Gnassingbé

Soter- Caïus DOVI, le président du mouvement “les Rassembleurs” qui a milité pendant la période électorale dans la dynamique Mgr Kpodzro a fait sortir un communiqué sur le coronavirus et en parle tout naturellement comme étant l’urgence du moment. Pour certains, le communiqué est assez ambiguë puisque ce dernier appelle à se rassembler autour de Faure Gnassingbé pour lutter contre la pandémie. 

Publicités

 

 

Bien entendu le ton du communiqué prend non seulement un relent de défaitisme et d’acceptation de la situation telle que annoncée par la cour constitutionnelle, mais aussi semble marquer son retrait de la dynamique.

 

Lomegazette vous propose l’intégralité de son message :

Chers compatriotes.
Togolaises, Togolais.

J’ai toujours pensé que le seul véritable combat qui vaille est celui du développement inclusif de notre pays.

Ce développement, bien sûr, ne peut et ne saurait à mes yeux se concevoir sans une profonde prise de conscience sur l’aspect social, humain et l’impérieuse nécessité, qui justifie l’esprit de mon engagement politique, à savoir comment assurer les trois repas par jour à la frange la plus faible de nos concitoyens, et concomitamment toute une série de mesures que j’ai eue l’occasion de présenter durant la période électorale, et dont certaines ont été reprises et intégrées dans le projet du candidat unique de la dynamique monseigneur KPODZRO M. Agbéyomé KODJO, aux côtés duquel je m’étais alors rangé avec sérieux et sincérité.

 

Je veux ici saluer le dévouement de nos militants, de toutes les forces de l’opposition, des membres de la société civile qui, nuit et jour, s’étaient mobilisés parce qu’ils croyaient non seulement à la possibilité de la victoire et l’alternance, mais surtout à son imminence, et rendre un vibrant hommage à Monseigneur KPODZRO, dont la sincérité de l’engagement ne souffre ni de duplicité cachée ni des bruissements confus des intentions dissimulées.

 

Et je le dis haut et fort ; haut et fort, 《 Je déplore qu’il n’en soit pas de même pour tous les corps péremptoires qui résonnent à l’endroit désolé des naïvetés de bonne foi qui nous ont soutenu et tant cru. 》

En effet, le 22 février 2020, vos voix se sont prononcées. Il en est ressorti la reconduction à la tête de l’État du président sortant, M. Faure Gnassingbé. Ces résultats ont donné lieu à des contestations de notre part.

Mais ces contestations, qui sur certains points paraissent justifiées, ce sont dans leur ensemble, trois semaines après la proclamation officielle par la cour constitutionnelle des résultats définitifs, enlisées dans une impasse politique et diplomatique…

 

Avons-nous réellement les moyens de nos prétentions ?

Devrions-nous, alors que le monde, à l’instant où je m’exprime, est lâchement attaqué de toute part, presque sur toute l’étendue de la planète par un affreux virus dénommé COVID-19, continuer à rugir dans les vains tombeaux ?

Chers sœurs et frères ; chers parents de même patrie ; toute autre posture, au vu de l’enjeu crucial de l’heure, me paraît désormais secondaire devant l’urgence sanitaire d’un égrégore mondial sérieusement menacé.

Nous sommes devant une crise sanitaire planétaire qui inexorablement va conduire peut-être à une crise économique, politique et sociale systémique. Sommes-nous préparés ?

Cette urgence retentit comme une sommation, comme une oblique injonction à l’unité nationale face à ce virus qui rôde, frappe et tue partout dans le monde, où il trouve refuge dans les corps innocents qu’il réduit à néant.

C’est pourquoi l’heure est à la résistance ; c’est pourquoi cet instant tragique de la survie même des hommes annule les velléités d’une quelconque désertion civique et instaure l’absolu du rassemblement de tous les citoyens autour des mesures de prévention prises par le gouvernement sous l’autorité du président de la République pour se prémunir et lutter contre la propagation du mal, afin de lutter contre l’affreux envahisseur sournois, cette pandémie aux décisions assassines.

C’est d’un front commun qu’il est question d’organiser pour sauver l’humanité ; laquelle, dans ses comportements et l’organisation de ses sociétés ne pourra, ne devra plus avoir le même visage d’arrogance et d’égoïsme qui méprisait alors les valeurs humaines et leurs exigences en faisant prédominer la puissance du profit à toute épreuve.

Nous devons tous nous remettre en cause. Nous devons repenser, restructurer, réorganiser notre façon de nous opposer et de gouverner.

Ce malheur nous démontre aujourd’hui à suffisance qu’une vigoureuse politique de santé publique est plus que jamais d’actualité, et donc vitale pour nos concitoyens.

De ce fait, il y a des gestes simples qui peuvent sauver des vies humaines et freiner la propagation du CoViD 19 selon l’organisation mondiale de la santé :

En limitant le serrage des mains,
En supprimant les embrassades et les accolades,
En évitant de porter la main au visage, car Il paraît frénétiquement que nous portons les mains au visage 100 fois par jour,
En nous lavant les mains avec du savon plusieurs fois par jour et ou du gel hydro-alcoolique,
En portant des masques,
En désinfectant systématiquement, les objets usuels,
En signalant immédiatement aux services d’urgence sanitaires dès l’apparition les premiers symptômes, (toux, fièvre et problème respiratoires). Le gouvernement togolais ayant pris la mesure de la chose a mis en place gratuitement des numéros verts : le 22 22 20 73, le 111 et le 91 67 42 42.
Je demande, au nom de la coalition « Les Rassembleurs », aux populations de respecter scrupuleusement toutes les consignes données par le gouvernement, et de ne pas hésiter à contacter les numéros verts précités en sus.

Dieu bénisse notre pays et qu’il inspire le président de la République, Faure Gnassingbé, Chef de l’État, premier organisateur de la lutte contre cette crise systémique qui annonce sa déferlante tel un tsunami.

Soter- Caïus DOVI
Président de la coalition « Les Rassembleurs »