Affaire microfinance LUMEN : Le MMLK rassure les épargnants

 

 

 

La microfiance LUMEN a officiellement fermé ses portes le 15 janvier 2020, mettant ces épargnants dans la désolation et l’inquiétude. Le Mouvement Martin Luther King (MMLK), la Voix des sans Voix du Pasteur Edoh KOMI, approché par des victimes pour leur venir à la rescousse, a pris attache avec le responsable de ladite microfinance et le liquidateur désigné par l’Etat togolais pour sauvegarder l’argent des épargnants. Au terme des démarches et échanges avec les deux parties, le MMLK a rassuré les épargnants et les clients que « le promoteur de ladite microfinance n’a pas fui le Togo ».

 

 

La Caisse d’épargne et de crédit (CEC) LUMEN a été officiellement fermée le 15 janvier 2020 pour « manquements graves et répétés aux dispositions d e l a loi relative à la signature d’un contrat de session de l’agrément dans le but de couvrir les opérations de collecte des dépôts et d’octroi de crédits que la microfinance LUMEN de vrai nom de SITSOPE SARL effectuait sans autorisation (selon le ministre des Finances », peut-on lire dans un communiqué rendu public le 1er septembre 2020. Inconsolables, des milliers de concitoyens membres et clients de  cette Institution de microfiance ne cessent de solliciter le MMLK du Pasteur Edoh KOMI pour des conduites à tenir afin « de rentrer dans leurs droits ».

 

 

 

 

Ainsi, selon le communiqué, le Mouvement, fidèle à sa  mission, « a rencontré le promoteur de la microfinance et le liquidateur désigné par l’Etat togolais ».

 

 

 

 

« Au terme de ces démarches, il n’y a pas de doute que les choses se précisent et les membres et les clients seront très incessamment invités à prouver l’état de leurs créances et leurs pièces justificatives pour la confirmation de leurs soldes pour toute fin utile », a informé Pasteur Edoh KOMI.

 

Par ailleurs, il a rassuré les membres et clients « que le premier responsable de ladite microfinance n’a pas fui le pays et attend vivement voir les conclusions de la liquidation ».

 

 

 

 

Le Mouvement a dit comprendre les inquiétudes des présumés victimes de LUMEN puisque déjà par le passé certaines microfinances notamment « IDH et SOGESCO ont fermé leurs portes et jusqu’à présent les épargnants n’ont jamais eu gain de cause ».

 

 

AtlanticInfos

Publicités