Campagne électorale : Les consignes de la CENI 

Le Togo est entré dans une phase capitale des élections présidentielles de 2020. La campagne électorale est ouvert ce 06 février sur toute l’étendue du territoire national et dans les pays concernés par le vote de la diaspora. A l’occasion de l’ouverture de la campagne, la commission électorale nationale indépendante (CENI) est revenue sur les dispositions à prendre pour être en conformité avec les règlements en vigueur de la campagne.

Publicités

 

Jean Pierre Fabre sort de son silence et dit tout sur les élections

La batailles des idéaux et projets de société est donc lancée. Les candidats doivent au cours de ces deux semaines persuader les électeurs à travers leurs différentes actions pour espérer gagner leur vote.

 

Dans un message adressé à la nation dans la soirée du mercredi 5 février 2020, le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Tchambakou Ayassor a rappelé les dispositions légales mises en place pour la bonne tenue de cette étape du processus électoral.

 

« La campagne électorale est déclarée ouverte quinze (15) jours francs avant la date du scrutin. Elle s’achève vingt-quatre (24) heures avant le jour du scrutin. Nul ne peut, par quel que moyen et sous quelle que forme que ce soit, faire campagne en dehors de la période réglementaire. Les réunions électorales qui se font pendant la campagne électorale se tiennent librement sur l’ensemble du territoire national. A l’étranger, ces réunions se tiennent conformément aux lois des pays de résidence », informe la CENI. Toutes les manifestations inscrites dans le cadre de cette campagne électorale, sont interdites à partir de 22 heures. Sont aussi interdites au cours de cette période, les pratiques publicitaires à caractère commercial par voie de presse, de radiodiffusion et de télévision, les dons et libéralités en argent ou en nature à des fins de propagande pour influencer ou tenter d’influencer le vote. Tout en souhaitant une bonne chance aux sept (7) candidats en lice , M. Ayassor les exhorte au respect mutuel et surtout à éviter l’escalade verbale.

 

« Gardons constamment à l’esprit que les mots sont des armes pour que les diverses prises de parole au cours de la campagne électorale soient empreintes de hauteur d’esprit, de retenue et de sens de responsabilité ; ceci dans le but de permettre aux potentiels électeurs de faire, le jour du scrutin, en toute connaissance de cause et démocratiquement, le choix le plus pertinent parmi les projets de société en compétition », a-t-il lancé.