Démantèlement d’un réseau d’élèves mineurs surpris en pleine partouze

 

 

 

Le Cameroun va-t-il toucher le fond ? La morale dégringole chaque jour un peu plus. Cette fois, il ne s’agit pas d’adolescents des lycées et collèges adeptes des pratiques sexuelles déviantes, mais bel et bien d’élèves encore mineurs.

 

 

 

 

 

 

 

En effet, la gendarmerie nationale dit avoir démantelé un réseau de trafic de stupéfiants, de partouzes et autres pratiques sexuelles déviantes à Yaoundé.

 

 

 

 

 

 

 

 

“L’opération coup de poing menée pour démanteler ledit réseau fait état d’un bilan de neuf individus trouvés en plein ébats sexuels parmi lesquels 6 élèves, tous mineurs”, indique la gendarmerie nationale. Ces élèves mineurs ont été interpellés.

 

 

 

 

 
 

En leur possession, ” une quantité importante de préservatifs déjà utilisés du whisky mélangé avec du tramol et de la chicha ont été saisis “, précise la gendarmerie nationale. Les élèves mineurs se livraient à des jeux sexuels, apprend-on.

 

L’opération menée sur renseignements par la brigade de Nlongkak (1er arrondissement de Yaoundé) a permis de mettre la main sur un homme de 75 ans. L’activité était menée au domicile de l’homme âgé de 75 ans qui est présenté comme le présumé complice et chef du réseau. Les autres complices, apprend-on, sont en fuite, mais restent activement recherchés. Sous le chapitre des offenses sexuelles, la loi camerounaise réprime les outrages à la pudeur sur mineurs de 16 ans ou moins ainsi que le viol.

 

 

 

Lire aussi: Togo: 2 ans de prison et une amende de 1 million pour une partouze

 

 
 

Par ailleurs le code pénal camerounais prévoit des sanctions contre les trafiquants de drogues dont la consommation et le trafic en milieu scolaire ont explosé ces dernières années.

 

 

 

 

Lire aussi : [SCANDALE ] : Des vidéos intimes de Clara la Porto Novienne dévoilées sur les réseaux sociaux

 

koaci