Le test Covid anal donne des résultats plus fiables selon une étude

 

La Chine lance le test  Covid anal: les médias d’Etat ont annoncé cette semaine l’introduction de cette nouvelle mesure destinée à certains individus considérés à haut risque. L’insertion d’un écouvillon de 3 à 4 centimètres dans le rectum serait plus fiable que les tests nasaux ou de la gorge, selon une étude chinoise.

A LIRE AUSSI: Coronavirus au Togo: voici les zones sous très haute surveillance

La méthode témoigne de l’intransigeance des autorités face au coronavirus. Les officiels chinois sont sous très forte pression, ayant reçu l’ordre d’enrayer les nombreux petits foyers apparus ces dernières semaines au nord du pays.

Publicités

Pour cela, tous les moyens sont bons: les tests rectaux doivent permettre de resserrer les mailles du filet, car la méthode réduit la probabilité de faux-négatifs.

Fiable, mais peu pratique et invasif

Selon des recherches menées en Chine au printemps dernier, ce genre d’examen permettrait de détecter la présence du virus dans l’organisme 4 à 5 fois plus longtemps, y compris après la disparition de symptômes. Peu pratique et invasive, la technique de dépistage anale ne sera pas généralisée, mais utilisée de manière limitée, ont indiqué des responsables de la santé.

 

 

 

Sont concernés pour l’instant les habitants de communautés où ont été récemment décelés des cas positifs. A Pékin, 1000 élèves et enseignants suspectés d’avoir été exposés au virus ont par exemple été testés. Sont également concernées les personnes placées en quarantaine considérées à haut risque, comme les rares voyageurs arrivés de l’étranger. Outre cet examen, ces derniers sont désormais contraints à un confinement draconien dans de nombreux ports d’entrée: 21 jours, suivis de 7 jours de contrôle sanitaire quotidien dans les localités les plus strictes, dont Pékin.

 

 

 

A LIRE AUSSI: Vaccin anti-covid: 4,5 millions de Togolais seront vaccinés

Nervosité avant les fêtes de Nouvel-An

Ces mesures trahissent la nervosité des autorités chinoises, et s’ajoutent à d’autres restrictions plus générales, dans un contexte tendu à l’approche du Nouvel-An lunaire. Hors pandémie, trois milliards de déplacements sont habituellement recensés dans le pays.

 

 

 

Pour la majorité des très nombreux travailleurs migrants, ces festivités sont la seule occasion de revoir leurs enfants et parents restés dans leur localité d’origine.

 

A LIRE AUSSI: Drame: au moins 53 morts dans un terrible accident de la route au Cameroun

De nombreuses mesures ont été récemment adoptées pour décourager, voire interdire ces retours. Les écouvillons anaux sont un symbole supplémentaire de la réponse drastique de la Chine face au virus.

 

 

 

RTS