Pornographi3: les écoles identifiées, de lourdes sanctions en vue

C’est la consternation totale dans l’opinion nationale et bien au-delà. Des élèves de certaines écoles du Togo se donnent dans la pornographi3 et publient les images sur les réseaux sociaux. Selon les auteurs, c’est un concours entre établissements scolaires. Des images et autres vidéos devenues virales sur les réseaux sociaux choquent les consciences. Le gouvernement togolais annonce que les écoles ont été identifiées et des sanctions prévues contre les auteurs de la saga.

Quelle est la meilleure école au Togo en matière de pornographie ? Si le débat du s3xe à l’école a toujours cours, des élèves de certaines écoles de Lomé veulent trancher la question. Alors même qu’ils ont été autorisés à reprendre les cours pour sauver l’année scolaire, ces élèves de classes d’examen sont plutôt dans une toute autre compétition.
Sauf que la compétition de pornographi3 heurte les consciences, à quelques jours du début des examens de fin d’année.

Publicités

« C’est avec consternation que j’ai aussi découvert ces images qui sont scandaleuses. Nous avons réussi à identifier les écoles où les vidéos ont été tournées», a déclaré Affoh Atcha-Dedji.

Le ministre des Enseignements primaire et secondaire annonce par la suite que « des procédures sont enclenchées pour que les responsabilités soient situées ».

En attendant l’action gouvernementale, le proviseur du Lycée d’Enseignement Général Adidogomé 1 (LEGAL 1) prend ses responsabilités. Don Kilaa Batoma Malou a communiqué mardi dernier aux parents de certains élèves concernés, les graves sanctions prises par le corps enseignant.

Véritable dépravation des mœurs

Sur la liste des écoles participant au concours par l’entremise de leurs élèves, malgré elles, on cite, en plus du LEGAL 1, l’IPL La Confiance, l’Ecole Protestante d’Agbalépodo, et le Complexe scolaire Cheikh Anta Diop de Gbegnedji, entre autres.

Les ébats sexuels, parfois mêmes dans les salles de classe, sont filmés à travers l’application « Lomotif » et envoyés à d’autres élèves d’autres écoles en lice pour la « compétition.

A travers les images en question, on découvre des élèves qui jettent les bavettes, s’embrassent , se font des Big up, jouent aux cartes avec des mises d’argent, exhibent des billets de banque.

Mieux, ils s’embrassent, simulent des positions érotiques, jouent carrément des scènes pornographiques. En dehors de l’exclusion des écoles que risquent ces élèves fautifs, ils pourraient également être traduits devant les juridictions pour dépravation des mœurs punie par l’article 139 du nouveau code pénal.

Ledit article 139 stipule que la dépravation des mœurs est punie d’une peine d’emprisonnement de six (06) mois à deux (02) ans et d’une amende de deux millions (2.000.000) à dix millions (10.000.000) de francs CFA ou de l’une de ces deux peines.

Togobreakingnews