Sandra Johnson : « Le Togo n’est pas concerné par les irrégularités dans les rapports Doing Business »

 

 

 

 La Banque mondiale a annoncé le 27 août dernier, la suspension de la publication du rapport Doing Business 2021 pour des raisons ‘’d’irrégularités’’ constatées dans les rapports Doing Business 2018 et 2020 de certains pays. Une annonce qui a suscité des polémiques sur le cas du Togo, classé en 2019, 3e pays le plus réformateur au monde et 1er en Afrique.

 

 

 

 

Et bien, Sandra Ablamba Johnson, Ministre Déléguée, Conseillère du Président de la République en Charge de l’Amélioration du Climat des Affaires (CCA-Togo) met définitivement fin aux spéculations.

Publicités

« Le Togo n’est en rien concerné par le sujet », a-t-elle indiqué dans une interview accordée au site « Togofirst ».

Pour celle-ci, la liste des pays concernés est disponible sur le site officiel de la Banque Mondiale, consultable par tous.

S’agissant des irrégularités constatées, elles sont plus d’ordre méthodologique informe le responsable de la CCA-Togo avant de préciser que les quatre pays cités sont la Chine, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Azerbaïdjan. « Quant à notre pays le Togo, aucune notification n’a été faite », a-t-elle insisté.

C’est la première fois que la publication du rapport Doing Business est suspendue depuis son instauration en 2003. Une étude qui, au fil des années, était devenue selon Mme Sandra JOHNSON, un outil de référence pour les investisseurs à travers le monde, mais aussi un objet de critiques permettant aux pays d’améliorer leur climat des affaires. Ainsi a-t-elle relevé, le Togo, à l’instar d’autres pays de la sous-région, notamment l’île Maurice et le Rwanda, respectivement 13ème et 38ème dans l’édition 2020, fait cas d’école.

 

 

Par ailleurs, la Ministre a rassuré que la suspension de ce programme n’aura aucune « influence » sur le processus de mise en œuvre des réformes au Togo.

 

 

 

« Nous allons, pour notre part, poursuivre la mise en œuvre des réformes, qui constituent un des facteurs de succès de notre Plan National de Développement (PND)… Rendre attractif le climat des affaires pour le bien-être des opérateurs économiques et donc des populations constitue notre leitmotiv et non la chasse aux classements », a-t-elle laissé entendre.

 

©AfreePress-(Lomé, le 31 août 2020)