Yode et Siro titillent encore Ouattara pour Gbagbo

Après la sortie de leur Album “Héritage”, le duo du Zouglou Ivoirien, Yode et Siro, était en concert ce samedi 10 octobre, au Palais de la Culture de Treichville, dans le District Autonome d’Abidjan.

 

 

“On ne se réconcilie pas en mettant les gens en prison. Le pays a besoin de tous ses enfants pour la vraie réconciliation”, mentionnent Yodé et Siro.

Publicités

 

 

 

Lire aussi :

 

Côte d’Ivoire/ le titre « On dit quoi » des artistes Yodé et Siro dérange le pouvoir d’Alassane Ouattara

 

 

Poursuivant, ils ajoutent, “Il doit rentrer oh. Les enfants de ce pays, ils doivent rentrer oh. Les prisonniers politiques, ils doivent rentrer oh. Les exilés politiques, ils doivent rentrer oh, c’est leur pays”.

Pour les deux artistes Zouglou les plus en vogue du moment, le président Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, Ble Goudé Charles doivent rentrer chez eux, dans leur pays. 

 

 

“Quand il partait, il n’avait pas passeport. Quand il partait, c’était avion cadeau. Quand il partait, il n’avait même pas de documents. Une chemise et un pantalon, un petit soulier et puis tu as fait emporter.

Arrivée là bas, on dit il n’y a pas de problème. Tout ce que vous avez dit contre lui là, ce n’est pas lui. Comme c’est comme ça, mettez le, dans même avion pour l’envoyer en Côte d’Ivoire. Koudou Laurent Gbagbo, il doit rentrer oh (cri de joie). Le Woody de Mama, il doit rentrer oh”, fait remarquer Yodé, ceci dans une liesse populaire. 

 

 

Lire aussi : Le CD Héritage de Yodé et Siro pulvérise les ventes : « 50 millions FCFA de recettes en 48 heures »

 

Vu la joie qu’exprime le public à chaque fois que le nom du président Laurent Gbagbo est évoqué lors du concert, on est en mesure de dire que, la Côte d’Ivoire a vraiment besoin de son fils Laurent Gbagbo, déporté à la Haye et acquitté le 15 janvier 2019, après environ neuf ans de procès.

 

Pour son retour au pays, les autorités Ivoiriennes opposent une fin de non-recevoir alors que depuis le 25 mai dernier, la CPI lui a accordé la liberté de mouvement.

 

 

 

Sénateur Goua