Affaire de braquage: l’artiste Doc Farel déballe (enfin) tout !

 

L’histoire avait fait grand bruit au Togo et avait été allégrement commentée sur les réseaux sociaux au mois de décembre dernier.

Accusé dans une supposée affaire de braquage, le rappeur togolais Edem TAMAKLOE alias Doc Farel avait été arrêté puis présenté aux médias sans aucune forme de procès. Désormais libre de tout mouvement, Doc Farel s’est confié sur cette sombre affaire dans une interview accordée à nos confrères d’Afreepress. Extrait…

Publicités

« Franchement, c’est un grand coup que j’ai reçu. Surtout à cause du fait que mon image ait fait le tour du monde. Beaucoup m’ont vu comme un cambrioleur, un briguant, et ceci à cause de ce qui s’est passé en décembre 2020.

 

 

 

 

A LIRE AUSSI: Du nouveau dans l’affaire de la jeune fille décapitée à Adakpamé

Pour être explicite, ce qui s’est passé n’est qu’une simple affaire que les gens ont récupéré pour faire une propagande négative et d’une manière pas possible.

Vous savez, je suis aussi dans le commerce. J’achète et je revends. Et ça arrive des fois que nous achetons des choses dont nous ne pouvons pas contrôler la provenance, parce que nous ne voyageons pas en Chine ou au Nigeria pour ramener ces marchandises.

C’est juste un petit commerce que je fais pour survivre. Donc un jour, il y a eu un jeune que je connais bien. Il est venu me dire qu’il a un frère et que ce dernier avait des tissus pagnes à revendre.

 

 

 

 

Après lui avoir posé certaines questions, j’ai fini par imprudence, acheter ces tissus. Ce sont des pagnes de 1000 F CFA. Donc, après trois (3) jours, le petit me rappelle pour me dire qu’il y a eu un souci par rapport aux pagnes et qu’il souhaiterait revenir les reprendre et les remettre à une dame, soi-disant la vraie propriétaire des tissus.

 

 

A LIRE AUSSI: [Secret de Palais]: loin du sérail, les nouvelles missions secrètes confiées à Reckya

Donc en claire, son frère avait volé les pagnes dans la boutique d’une dame qui est elle aussi, parenté à eux. Moi quand le petit m’a appelé, je lui ai dit qu’il n’y avait pas de soucis. Après trois jours sans le voir, le petit arrive chez moi accompagné de soldats.

J’étais un peu choqué quand je les ai vus. Et ils m’ont posé des questions sur la provenance des tissus. J’ai répondu en expliquant les circonstances dans lesquelles je les avais achetés et j’ai promis de faire la restitution du lot et j’ai même présenté mes excuses pour cela.

 

 

 

Au début, les soldats m’ont compris. Cependant à un moment donné, ils ont décidé de procéder à une perquisition de ma maison. Parce que j’ai un Game center (salle de jeux) chez moi. Devant mon portail, j’ai installé plus de huit (08) télévisions dehors pour les jeux ou la diffusion de matches de Canal+.

Donc ce sont ces choses qui ont été perquisitionnées par les soldats. C’est quand les gens voyaient cela qu’ils ont balancé sur les réseaux sociaux comme quoi Doc Farel est un cambrioleur.

 

 

 

A LIRE AUSSI: Trading au Togo: ces énormes secrets cachés aux investisseurs

C’est un grand coup que j’ai reçu. Parce que c’était juste pour faire des enquêtes que les soldats étaient venus, ce n’était pas pour m’arrêter en tant que voleur.

Mais vous avez finalement été arrêté et ensuite libéré. Pour quelle raison la police a jugé bon de ne pas vous garder beaucoup plus longtemps ?

Je ne suis pas allé en prison et je n’ai jamais été en prison dans ma vie. C’est une erreur que les gens font en disant ça. J’ai été placé en garde-à-vue et j’ai été libéré parce que j’ai réglé le problème avec la partie civile.

C’est-à-dire, j’ai payé à la dame à qui appartiennent les pagnes que j’ai achetés, ce qui lui a été pris. Ce n’était pas des choses de grande valeur. J’ai été aussi libéré parce qu’on dit souvent, que tout ce qu’on fait dans la vie, nous suit toujours.

 

 

 

A LIRE AUSSI: Scandale : La fille du Directeur général de l’UTB emprisonnée pour escroquerie

Dans ce sens, quand le problème a débuté, il y a des personnes de bonne moralité qui sont venues me défendre et ont fait de bons témoignages sur moi. Je veux parler de Zaga Bambo, Mathieu Gnassingbé, mon petit frère Happy Boy et plein d’autres personnes. Il y a eu beaucoup de personnes que je ne pourrais pas tous les citer. C’est des actions qui ont également permis que la partie civile croit en ma sincérité et bonne moralité et retire sa plainte.

 

 

 

TogoWeb