Un étudiant en médecine de 24 ans meurt du vaccin AstraZeneca

Une enquête a été ouverte après la mort à Nantes d’un étudiant en médecine de 24 ans, qui a été vacciné à l’AstraZeneca contre le coronavirus.

D’après Ouest-France qui a révélé les faits lundi, un premier rapport évoquerait «une hémorragie interne causée par une thrombose», une conclusion qui reste à confirmer par une autopsie devant être pratiquée prochainement sur la dépouille.

Le corps d’Anthony Rio a été découvert jeudi 18 mars dans l’appartement qu’il occupait seul. Les policiers ont trouvé à son domicile un document certifiant qu’il avait reçu le vaccin AstraZeneca, dix jours avant que sa mort ne soit connue.

Après un début de controverse mondiale ayant conduit à la suspension provisoire par certains pays, dont la France, de l’utilisation du vaccin AstraZeneca, l’OMS avait encouragé vendredi à reprendre la vaccination, estimant que les bénéfices l’emportaient sur les risques.

 

A LIRE AUSSI : Le Togo reçoit 45.000 nouvelles doses d’AstraZeneca

Publicités

 

En France, la méfiance envers le vaccin d’AstraZeneca s’est fortement accrue.

Dans la foulée de cette annonce, Jean Castex s’était fait vacciner avec ce sérum vendredi après-midi à l’hôpital d’instruction des Armées Bégin. L’agence nationale de la sécurité du médicament avait recensé dans son dernier rapport, en date du 19 mars, «13 cas d’évènements thromboemboliques (pour plus de 1.041.000 injections)».

 

 

 

Avec Cnews